Pourquoi les garçons doivent inévitablement être pris en compte dans la lutte pour le respect des droits des filles ?

C’est une question que nous avons toujours exploré en filigrane. Dans ce billet, je vous partage ma perception sur le sujet.

Agir uniquement en faveur des filles est injuste aux yeux des garçons

C’était le vendredi 12 octobre 2019 à la plage de Fidjrossè. Plan International Bénin avait organisé un panel sur le leadership féminin dans le cadre de la Journée Internationale de la Jeune Fille. Au cours des débats, le jeune garçon qui était à côté de moi m’a interpellé :

‘’Il y a aujourd’hui trop d’activités, trop de projets en faveur des filles. C’est une discrimination et c’est injuste. Nous les garçons, on se sent délaissé et cela porte à croire que les Organisations internationales et les associations qui militent pour les droits des filles veulent renverser la domination des hommes par celle des femmes ’’.  

J’ai été très touchée par son interpellation. Il s’est exprimé avec une véracité dans ses émotions. Ce jeune garçon avait partagé de vrais ressentis et je l’ai perçu.

Néanmoins, je lui ai dit :

C’est parce que les filles sont les plus vulnérables dans les communautés

Quand on parle de violences, de viols, d’agressions sexuelles, de mariages précoces, les jeunes filles dans les communautés sont les premières victimes. La belle preuve : on parle souvent de Violences Faites aux Filles et aux femmes (VFFF) ; de Mutilations Génitales Féminines (MGF). Parce que c’est ce qui arrive fréquemment.

Cela ne signifie pas que l’on sous-estime ou que l’on minimise les violences dont sont victimes les garçons et les hommes.

La balance pèse lourde du côté des filles et des femmes.

L’état des lieux de la situation des filles révèlent que de la naissance à l’âge adulte, elles font l’objet de nombreuses discriminations qui les empêchent de jouir pleinement de leurs droits et les contraignent à vivre dans une situation d’infériorité par rapport aux garçons. Il est noté une forte vulnérabilité des filles du fait de leur exposition aux violences de toutes sortes et aux abus.

MÈDESSÈ VÉRONIQUE TOGNIFODE MEWANOU, Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance du Bénin

Aussi,…

Les normes sociales et culturelles mettent le garçon sur un piédestal plus élevé et la jeune fille en bas de l’échelle. Selon les traditions au Bénin, l’homme est le ‘’chef’’ et la femme doit être ‘’soumise’’. La femme d’office est prédestinée à une position inférieure. C’est pour cela qu’il faut plus renforcer et soutenir les filles.

Cependant, ne devrait-il pas y avoir un ‘’ Mais ‘’ ?

Ce dont nous rêvons, c’est une société juste et idéale. Une société équilibrée dans laquelle les garçons et les filles, les hommes et les femmes jouissent de leurs droits, sont protégés contre toutes formes de violences et dans l’harmonie participent ensemble au développement des communautés et de leurs pays.

Il faut agir pour aider et impliquer les garçons.

Nous ne pouvons plus continuer à laisser les garçons de côté. Ce serait tellement utopique de penser obtenir de véritables changements positifs si les garçons et les filles ne sortent pas de leurs différentes moules de départ pour se retrouver ensemble dans une nouvelle bulle remplie de valeurs positives.

Trois raisons qui démontrent que l’implication des garçons est indélébile : 👇👇👇

Laisser de côté les garçons, et ils se verront en adversaires

Nous sommes dans une société patriarcale. La masculinité pèse beaucoup dans nos communautés. Par conséquent, tous les programmes de lutte contre les violences, de renforcement de capacités, de développement de leadership, de soutien psychologique convergent vers les filles et les femmes.

Les garçons et les hommes penseront ainsi que c’est un mouvement dirigé contre eux, orchestré pour les dominer en retour. Ils se sentiront menacés.

Au lieu d’accompagner les actions et d’être des acteurs de changements, ils vont jouer la comédie publiquement mais en vérité se dresseront contre et opposeront une résistance.

Une vraie parodie : 👇👇👇

Beaucoup de garçons soutiennent les actions pour la promotion du leadership féminin. Mais clament tout bas : ‘’ la femme c’est pour la maison. On ne peut pas confier le pouvoir à une femme. C’est l’homme qui décide’’.  

Les hommes sont souvent les auteurs des violences sur les filles et les femmes

Qui sont ceux qui exercent des violences sur les filles et les femmes ? Souvent, ce sont des garçons et des hommes. Loin de moi l’idée de diriger la culpabilité vers un sexe ou de trouver un bouc émissaire.

Si la lutte n’implique pas assez les garçons et les hommes, comment prendront-ils conscience des conséquences de leurs actes pour envisager changer de comportements ?

Que gagne l’homme à battre sa femme ? Les garçons tirent-ils réellement profit des violences dont- ils sont auteurs envers les filles ? Est-ce uniquement par la force et la violence que l’on peut exprimer une certaine force ou supériorité ?

Ce n’est pas en laissant de côté les garçons et les hommes qu’ils vont se remettre en cause et essayer de comprendre cela.

Parce que nous rêvons d’une société harmonieuse et idéale pour filles et garçons

J’estime que nous ne voulons pas d’une société déchirée dans laquelle les deux sexes se liguent les uns contre les autres. Ma foi, ce dont nous rêvons, c’est l’équilibre. Le respect des droits de tous ; les opportunités et les chances pour tous. Une société sans violences et sans discriminations. La justice et la protection au même titre pour tous.

Pour cela, il faut des programmes et des projets qui prennent aussi en compte les garçons et les hommes. Nous ne voulons pas renforcer les filles et les femmes et au passage maintenir les garçons et les hommes dans une position de coupables et d’acteurs à combattre.

Également pour les garçons : 👇👇👇

  • Des espaces pour dire leurs frustrations, leurs espoirs et entrevoir surtout la plus-value de leur implication dans la lutte pour le respect des droits des filles.
  • Des actions de renforcements de capacités et d’informations.

Promouvoir l’approche transformative du genre

Le genre est l’ensemble des rôles et responsabilités des filles et des garçons que construit la société au sein d’une culture ou dans un espace donné.

L’approche transformative du genre propose la prise en compte du garçon et de la fille dans tous les projets de lutte contre les violences basées sur le genre.

Elle s’adresse à la fois aux jeunes filles et aux jeunes garçons en insistant sur les rapports de pouvoir et en assurant leur pleine participation à tous les processus de développement de la société.

Que propose cette approche ?

L’approche transformative du genre met essentiellement en exergue des actions pour rétablir l’équilibre entre les rôles des deux sexes et les relations garçons-filles.

J’aime personnellement cette approche car elle ne laisse personne de côté.

Elle :

  • Suggère une ouverture du garçon vers la fille et vice versa ;
  • Invite le jeune garçon et la jeune fille à sortir de leurs univers respectifs pour cohabiter dans un autre univers où règne l’acceptation de l’autre ;
  • Demande aux acteurs de mettre le garçon et la fille au cœur de leurs différentes actions pour un changement positif au sein de la société
  • Promeut la masculinité positive.

Ensemble c’est toujours mieux

 » Soit les femmes et les hommes se développent ensemble et apportent leur pierre à l’édifice, soit la moitié de la population piétine l’autre  »

Michel Ocelot

Chanceline MEVOWANOU